30/11/2009

Sevrage du lait maternel

Trouver des articles concernant le sevrage du lait maternel pour le bébé, c'est relativement facile. Toutefois, pour informer la maman sur son sevrage à elle, c'est plus rare.

Vu que je tirais le lait et le donnais au biberon, le sevrage n'est pas traditionnel. En effet, le bébé n'a pas a être coupé gentiment des contacts de sa maman, vu que ces contacts sont déjà différents. De plus, je ne tirais pas le même nombre de fois que ma Juniorette (ou même Junior) mangeait, elle était donc déjà préparée au lait artificiel.

Pour mon sevrage, il y avait deux solutions :
- couper le lait via un médicament prescrit, ou
- diminuer en douceur en supprimant une tétée (ou soit un tire-lait) pendant quelques jours, puis une seconde suppression durant 3-4 jours et ainsi de suite... tout en faisant diminuer la production en buvant un peu moins, et en se faisant aider par l'homéopathie.

Mais le plus dur du sevrage signifie également d'arrêter de donner ce petit plus, qui fait que le bébé reçoit un lait unique produit que pour lui. Il faut vraiment être prête à arrêter... cela peu paraître étrange de le préciser, mais pour ma part en période de sevrage j'ai hésité des fois à tirer plus de lait. Car finalement je suis fière de ma production !! C'est contradictoire, mais ce sentiment était quand même là. Ce n'est pas comme si j'aurai arrêté pour reprendre une activité professionnelle ou en raison de la diversification alimentaire. J'ai arrêté de tirer mon lait car je n'étais plus assez motivée pour le faire avec amour.

Donc pour un bon sevrage il faut aussi être bien patiente et vigilante pour éviter les engorgements. Pour l'allaitement ou le sevrage, il vaut mieux être entourée avec des personnes qui peuvent nous soutenir. D'entendre des conseils contradictoires ou des avis personnels concernant notre manière de faire qui ne plaît pas, peut compliquer la tâche.

21:11 Publié dans Grossesse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : allaitement

15/11/2009

Le lait maternel

Comme nous avait dit la sage-femme que nous avions vue pour la préparation au premier accouchement, produire du lait c'est un travail !! Allaiter n'est pas une chose facile. Il faut attendre que la montée de lait se fasse, puis qu'une bonne lactation soit installée pour que la mère puisse allaiter aisément son bébé. Mais ceci est plus facile à dire qu'à vivre !! Car des douleurs peuvent aparaître, du découragement également, il faut bien se reposer et que le bébé participe bien également.

Voici quelques astuces pour favoriser la production du lait maternel : allaiter souvent, év. tirer le lait si le bébé ne demande pas, tenir un rythme régulier, év. toutes les 2-3h pour augmenter la production. Boire beaucoup d'eau, de thé ou des tisanes prévues pour l'allaitement. Sinon les aliments suivants sont bons pour la lactation : fenouil, verveine, amandes, aneth, basilic, cumin, dattes, ortie, rivella, anis, clou de girofle.

Et au contraire pour diminuer la production du lait maternel : moins allaiter (ou moins tirer le lait), donc moins longtemps et diminuer gentiment une tétée par jour. Pour un sevrage complet, il faut compter environ 3 semaines. Prévoir aussi de favoriser l'alimentation avec : la sauge, la menthe et le persil qui diminuent la production du lait.

20:53 Publié dans Grossesse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : allaitement

07/11/2009

Allaiter ou pas

Est-ce que vous voulez nourrir votre enfant ? Voici la question à "l'ancienne"... pour ma part nourrir signifie donner à manger, donc cela me choc chaque fois que j'entends cette question. En effet, cela sonne dans ma tête comme "voulez vous donner à manger à votre enfant ou le laisser mourir de faim?"

Donc la vraie question est : est-ce que vous voulez allaiter ou donner du lait artificielle au biberon ?

Durant ma 1ère grossesse il était assez clair que je voulais essayer d'allaiter. Mais après des essais non concluants de la part de l'enfant, du fait que j'avais des douleurs à cause de ma césarienne, des conseils contradictoires de la part du personnel de l'hôpital... j'ai tiré mon lait durant presque 2 mois et je le donnais au biberon. De temps à autre, il y avait des biberons de lait artificiel (Beba) en complément. Ainsi le sevrage c'est fait petit à petit.

Durant ma 2ème grossesse, j'étais vraiment plus mitigée sur la question. Après la naissance j'ai même encore hésité avant la montée du lait... mais ma gynécologue m'a convaincu de donner mon lait, vu le faible poids du bébé. Donc, je tire le lait et le donne au biberon. Certes c'est tout un travail et certaines personnes ne trouvent pas cela très gratifiant, mais je ne pense pas qu'allaiter soit forcément plus facile.

Peu importe le choix que l'on fait, le principal c'est de le faire en étant sûr de son choix et de le faire avec amour pour son bébé. Ainsi, si d'autres personnes veulent nous juger, on se sent "blindée" et non influençable.

Pour ma part, voilà ce que j'apprécie avec le tire-lait :DSCN4092.JPG
- le papa peut donner le biberon tout en sachant qu'il s'agit de mon lait
- tirer le lait (et nettoyage du matériel) prend environ 20 minutes
- si je veux sortir sans bébé, il peut quand même être alimenté !!
- en mettant le lait maternel dans un biberon, cela permet de voir la quantité bue
- le bébé est déjà habitué au biberon

Les désavantages :
-  tirer le lait même lorsqu'on est ailleurs qu'à la maison... mais les femmes pudiques qui allaitent dans les lieux publics ont également des problèmes similaires. Donc il faut bien s'organiser et savoir se mettre à l'écart un moment pour tirer le lait
- être organisée (entre les horaires du tire-lait à respecter, les biberons, et tout le reste...)
- respecter les règles d'hygiènes avec le matériel peut prendre du temps et être fastidieux

En fait, le tire lait c'est surtout une question de motivation et organisation personnelle !!

En cas de besoins, voici quelques sites concernant l'allaitement :
sage-femme.ch
La Leche League Suisse
 ou le site pour la romandie ou pour la France
monallaitement.com
bebe-arrive.com

21:17 Publié dans Grossesse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : allaitement

28/11/2007

Conseil de la sage-femme

Afficher l image en taille réelle

 Hier nous avons notre second entretien avec la sage-femme concernant la préparation à l'accouchement... et l'arrivée du bébé. Cette personne était vraiment sympathique et nous a bien mis à l'aise. Elle nous a parlé des pires situations qui peuvent arriver, pas pour nous faire peur mais pour savoir que ça existe et pas être désemparés au cas où...

Donc concernant l'accouchement, on sait qu'il faut aller à la maternité en cas de pertes des eaux, de sang, contractions régulières. Il ne faut pas hésiter à les appeler en cas de doutes, l'idéal c'est d'avoir le numéro de téléphone à portée de main.

Ensuite si tout va bien, il n'y aura pas trop de douleurs et ce sera plus ou moins rapide. Sinon il y a la possibilité de demander la péridurale. Dans ces deux cas, le bébé sera ensuite posé sur le ventre de la maman après l'accouchement, pendant environ 2h, pour que la nouvelle famille fasse connaissance. Le papa est invité à accompagner sa compagne dans cette épreuve, mais chacun est libre de procéder comme bon lui semble.

Dans le cas d'une césarienne, l'accouchement se passera au bloc opératoire. Il y aura donc plus de personnel. Le bébé est ensuite pris en charge par le corps médical, et si il y a des problèmes particuliers le bébé sera amené éventuellement dans un autre hôpital. Dans ces cas, le papa peut l'accompagner et la maman doit se remettre seule de l'opération. Toutefois dès le lendemain, il y a possibilité de rejoindre le nourrisson.

Après la naissance et si il y a volonté d'allaiter, le tout petit sera mis au sein. Là il ne faut pas croire que mère nature nous simplifie forcément la vie. Il faut compter jusqu'à 3 semaines pour que l'allaitement se fasse naturellement entre la mère et l'enfant.

La montée de lait, n'arrive pas forcément dans les 3 jours mais il se peut qu'elle arrive 10 jours après l'accouchement... Et attention aux crevasses : il vaut mieux les éviter que les soigner !!

Donc ne pas hésiter à demander de l'aide en étant à la maternité, le personnel est payé pour être à notre disposition. Au retour à la maison, il est également possible de contacter une sage-femme, un centre de puériculture ou la Leche League...

L'allaitement est un travail à 100%, donc il faudra surtout au début apprendre à laisser le ménage de côté et faire les siestes en même temps que bébé !!